Retour au menu : Périple 2018 Ouest et Nord-Ouest des États-Unis  |   Retour Accueil
 

État de Washington
Les volcans


 

Eh oui, faut croire qu'on les aime les volcans !

Dans le Washington, on retrouve deux des plus célèbres volcans des États-Unis. Tout d'abord le Mont St.Helens qui, à l'échelle terrestre, s'est réveillé hier de façon spectaculaire et catastrophique, soit en 1980. Et ensuite, probablement le plus majestueux, le Mont Rainier.

Quand l'explorateur britannique George Vancouver découvre ces deux volcans en 1792, il leur donne les noms de deux de ses amis, le baron anglais Saint Helens et le contre-amiral Peter Rainier. Dans la chaîne des Cascades, le Mont St.Helens compte parmi ses plus jeunes volcans et le Mont Rainier est son plus haut sommet.

 

MONT ST.HELENS


Après 123 ans de silence, le Mont St.Helens s'est soudainement réveillé en 1980. Il a déversé des tonnes de lave et de cendres pendant deux mois. Ses activités ont commencé le 27 mars par le rejet d'une colonne de fumée sortant d'un cratère de 75 m de diamètre. À partir du 22 avril, une bosse apparaît sur le versant nord. À la fin d'avril, la bosse atteint 160 m de long, 80 m de large et 97 m de haut. Le 18 mai, un tremblement de terre précipite tout le versant nord de la montagne dans une avalanche suivie d'une violente explosion. En quelques secondes, un pan de 400 mètres de montagne disparaît et est projeté à plus de 200 km/h, arrachant, entraînant et enfouissant tout sur sa course, laissant un cratère de 2 km de largeur, 4 km de long et 600 m de profondeur. On retrouvera des cendres du volcan à plus de 1000 km à l'est. Le volcan a fait 57 victimes.
 


Photo : Myr, 9 juillet 2018

Avant et Après
Sur un présentoir, la photo du haut montre le volcan la veille de l'éruption du 18 mai et celle du bas, ce qui reste de la montagne après la disparition du versant nord.

 

L'explosion du 18 mai et l'avalanche qui s'en suivit a fait passer l'altitude du volcan de 2950 à 2549 mètres et a déplacé 2,3 km3 de matériaux. Le sommet fut remplacé par un cratère en forme de fer à cheval d'une largeur de 2 km.

 



Photo : Clo, 9 juillet 2018
Entrée du parc "Monument national volcanique Mount St.Helens".
 


Montage-photos : Myr, 9 juillet 2018
Le centre des visiteurs du parc présente le Mont St.Helens et ses activités récentes. Après la projection d'un film relatant les éruptions de 1980, le rideau se lève dévoilant le versant nord du volcan et son énorme cratère en fer à cheval.
 


Montage-photos : Myr et Clo, 9 juillet 2018
Quatre vues du versant nord du volcan Mont St.Helens.

 


Photo : Myr, 9 juillet 2018
Vestige encore visible d'un arbre géant arraché du sol et enterré par l'avalanche et les cendres du 18 mai 1980.
 


Montage-photos : Clo, 9 juillet 2018
Le matin du 9 juillet, nous nous sommes dirigés vers le parc du Mont St.Helens sous un épais plafond nuageux. Nous étions déçus pensant ne pas pouvoir voir le volcan. Après 30 à 45 minutes de montée en BTR sur une route en lacets, on a commencé à entrevoir des rayons de soleil. Nous avions traversé les nuages! Et évidemment, à notre grand plaisir, le volcan s'est révélé à nous sous le soleil.

Sur les photos, on voit bien les nuages opaques en dessous de nous.
 

MONT RAINIER


Le Mont Rainier est en sommeil depuis 1894. Le cratère principal, dont l'altitude atteint 4392 m, est aujourd'hui recouvert de glace. Il est le sommet le plus fourni en glace et neiges éternelles de la partie continentale des États-Unis (excluant l'Alaska). La base du volcan couvre une superficie de 250 km2. Il est recouvert de nombreux glaciers, une trentaine, qui alimentent d'importantes rivières. Dû à sa masse imposante et à son altitude élevée, le volcan possède son propre système météorologique, attirant l'humidité de l'océan Pacifique et la transformant en neige, source continue de ses glaciers.

 


Photo : Myr, 11 juillet 2018

Le Mont Rainier dans toute sa splendeur
 

La taille du Mont Rainier le rend très visible dans toute la région de Seattle. Par temps clair on peut l'apercevoir d'aussi loin que Portland en Oregon et Victoria en Colombie-Britannique. Situé à environ 90 km au sud-est de la ville de Seattle, il reste un danger pour la population environnante estimée à 1,5 millions d'habitants. Des plans d'évacuation sont prévus en cas de menace d'éruption.

 

 


Montage-photos : Myr et Clo, 11 juillet 2018
BTR au parc national Mount Rainier, et sa copilote préférée.

 


Montage-photos : Myr et Clo, 11 juillet 2018
Petit diaporama de notre randonnée sur la Skyline Trail, menant au Panorama Point. La piste est recouverte d'une neige compactée sur presque toute la longueur. Le sentier longe le gros glacier Nisqually Glacier.

 

Montage-photos : Myr et Clo, 11 juillet 2018
Le glacier Nisqually au centre, vu du sentier Skyline Trail.

 


Photo : Clo, 11 juillet 2018
En tournant le dos au volcan, on aperçoit la chaîne de montagnes Tatoosh Range.
 


Photo : Clo, 11 juillet 2018
Le magnifique Mont Rainier vu de Reflection Lake.
 


Photo : Clo, 11 juillet 2018
Le flan nord du volcan qu'on peut admirer au bout d'une route tortueuse qui se termine à l'endroit nommé Sunrise.
Comme c'est très fréquent, le mont est coiffé d'une couronne de nuages.

 


Photo : Myr, 12 juillet 2018
Le Mont Rainier au coucher de soleil, vu de Graham à environ 40 km à vol d'oiseau.

 

 

VIVRE DANGEREUSEMENT... OU PAISIBLEMENT...

 


Montage-photos : Myr et Clo, 11 juillet 2018


Les animaux vivant sur le Mont Rainier ont trouvé un environnement tout à fait adapté à leurs besoins. La durée du sommeil du volcan ne les préoccupe pas. Confiants en la vie, ils sauront bien sentir le danger le temps venu. 

 


 


Retour au menu : Périple 2018 Ouest et Nord-Ouest des États-Unis  |   Retour Accueil