Retour au menu : Périple 2015-2016 Sur la route du Sud-Ouest états-unien    |   Retour Accueil
 

Le désert en "autonome",
BLM et Slab City

 

SÉJOURS DANS LES BLM

Nous avons séjourné dans trois "BLM", dont deux dans le sud-est de la Californie et un dans le sud-ouest de l'Arizona.

Les BLM sont des terres publiques d'état gérées par le Bureau of Land Management, agence du département américain de l'Intérieur. On peut y camper dans les "Long-Term Visitor Areas" moyennant un permis qui n'est pas cher, soit actuellement 40$ pour 14 jours ou 180$ pour 7 mois pour les saisonniers.

Tous ces BLM sont situés sur de grands territoires en plein désert. Sauf exception, il n'y a pas de sites délimités ni aménagés, on se place où on trouve un bon "spot" comme ils disent et on laisse un minimum de distance avec les voisins.  Les services varient d'un endroit à l'autres, mais ce sont en général des services de base (poubelles, toilettes sèches, eau potable dans certains seulement). Pas d'électricité, donc nos panneaux solaires nous ont bien servis. Certains utilisent des génératrices, mais il faut de l'essence et les heures d'utilisation sont limitées.

Voici donc quelques images de ce camping dans le désert en mode autonome.

BLM IMPERIAL DAM
situé sur la rive californienne du Colorado
mais géré par le bureau de Yuma, Arizona


Photo : Myr, 10 mars 2016
Notre "spot" au BLM Imperial Dam.
En fin d'après-midi, l'ombre se trouve derrière le véhicule.
 


Photo : Myr, 10 mars 2016
Notre vue de BTR.
La nuit, les ânes sauvages se promènent dans ces buttes
et se dirigent au réservoir du barrage pour y boire leur provision quotidienne d'eau.


Photo : Clo, 11 mars 2016
Nos voisins côté ouest. On voit une tempête approcher.
En cette fin de 2e journée, on a eu droit à une bonne tempête de vent, de poussière et de sable, soufflant d'ouest en est.


BLM MULE MOUNTAIN
situé au sud-ouest de la Californie,
accessible par route de terre-gravelle affreuse


Photo : Myr, 14 mars 2016
Notre site au BLM Mule Mountain, avec table de pique-nique SVP. Le seul avec ce luxe et des sites délimités, mais l'eau n'était pas potable.
Derrière, se trouve une rivière sèche, appelée "wash", où on peut apercevoir de l'eau seulement lors de grosses pluies à la saison des moussons, et ça redevient sec souvent en moins de 24 heures.

 

BLM LA POSA
situé au sud de la ville de Quartzsite, Arizona


Photo : Clo, 14 mars 2016
Notre "spot" au BLM La Posa.
On dit que d'octobre à mars, c'est plus de 1,5 million de campeurs (RVers) qui y viennent, certains quelques jours comme nous, et d'autres quelques mois. Ce BLM est surnommé "La Mecque des RVers".

 


Photo : Myr, 14 mars 2016
BTR accompagné de quelques voisins.
Déjà à la mi-mars, beaucoup de campeurs ont pris le chemin du Nord, ce qui explique l'espace relativement dégagé.
Sol mi-sable, mi-roches, du désert d'Arizona.



 

24 HEURES À SLAB CITY
Sud-est de la Californie

Slab City, autre désert du Sud-Ouest, n'est inscrit sur aucune carte, car le nom n'est officiellement reconnu par aucune autorité. Seuls ceux qui y habitent l'appellent ainsi.

C'est situé sur une ancienne base militaire de l'armée américaine. Ça s'appelait "Marine Barracks Camp Dunlap" et la base a été abandonnée après la deuxième guerre mondiale. Il ne reste de l'époque militaire que les dalles de béton, d'où le nom de "slab", et quelques vestiges épars tels que guérites et réservoirs.

Ce lieu ne possède ni poteaux électriques, ni eau courante, ni rues goudronnées (sauf la route d'accès), ni commerces (officiels), ni bureau d'accueil. Quelque part dans un article dans l'internet, on peut y lire que Slab City ressemble à un terrain de camping qui tente de se relever au lendemain d'une guerre nucléaire. De notre côté, le mode de vie, surtout chez les permanents, nous rappelle les scénarios dans la série de films "Mad Max".

Ici, c'est la liberté (presque) totale, le territoire est public, appartenant à l'état de Californie et légué par l'armée. Il n'y a pas eu de conditions à cette cession, ce qui a résulté en un endroit où tout le monde peut s'installer, sans frais et sans règlements officiels. 

On y rencontre toute sorte de personnes, allant des "illégaux" jusqu'aux campeurs comme nous, en passant par des artistes, des freaks chrétiens, des minimalistes, des écolos et des gens qui veulent se faire oublier ou qui veulent vivre en dehors des normes. 

On est dans le désert et il n'y a aucun service ici. Mais, on est contents d'y avoir vécu des moments qui sortent vraiment de l'ordinaire.

 


Montage-photos : Myr, 12 mars 2016
Ancienne guérite militaire en béton en arrivant à Slab City.
Un mot de "bienvenue" sur la face de l'arrivée : "The Last Free Place".
Et sur la face du départ : "Caution, Reality Ahead".


 

CAMPING À SLAB CITY


Photo : Clo, 12 mars 2016
Partie de Slab City, telle que vue de la butte "Salvation Mountain". Au fond, la chaîne des montagnes Chocolate.

 


Photo : Myr, 12 mars 2016
Notre "spot" du côté est de Slab City.
Ces voisins qu'on voit ici sont des snowbirds échappant au froid du Nord et campant gratuitement sur une longue période.

 


Photo : Myr, 12 mars 2016
Voisins de notre "spot". On respecte une distance de "discrétion".

 


Photo : Myr, 12 mars 2016
De l'autre côté du chemin, d'anciens autobus scolaires transformés en résidences. Les occupants sont des permanents de Slab City.



 

SALVATION MOUNTAIN


Photo : Clo, 13 mars 2016
En arrivant à Slab City, du côté droit du chemin, se trouve la bizarroïde "Salvation Mountain". Cette montagne, plutôt une butte, est devenue populaire depuis le film "Into the Wild" de Sean Penn (2007) dont une partie se déroule à Slab City. Le créateur de "Salvation Mountain", Leonard Knight aujourd'hui décédé, apparaît lui-même dans le film.

 


Montage-photos : Clo, 12 mars 2016
Salvation Mountain à Slab City.
Consacrée à Dieu et à Jésus.

 


Montage-photos : Myr et Clo, 12 mars 2016
Un mariage japonais à Salvation Mountain.
Une recherche d'exotisme?



 

VISITE DE SLAB CITY

Montage-photos : Myr et Clo, 12 mars 2016
"The Range", où se déroulent les jams musicaux du samedi soir. Les instruments et l'éclairage sont alimentés par génératrices.

 


Photo : Myr, 12 mars 2016
East Jesus, lieu d'exposition d'œuvres d'art par les artistes de Slab City (Crazy Artists). Assemblages et multimédia, les œuvres sont faites de matériaux recyclés, de vieilles automobiles et d'objets de la vie courante retrouvant une nouvelle vie.

 


Montage-photos : Myr et Clo, 12 mars 2016
East Jesus, beaucoup d'œuvres portent des messages à propos de la consommation et de la vie en société.

 


Montage-photos : Myr et Clo, 12 mars 2016
East Jesus, une mine d'or pour photographes
 


 


Retour au menu : Périple 2015-2016 Sur la route du Sud-Ouest états-unien    |   Retour Accueil