Retour au menu : Périple 2019 Grande virée au Québec  |   Retour Accueil
 

De Les Bergeronnes à Sept-Îles
Côte-Nord

 

Ce territoire immense, entre Tadoussac et Blanc-Sablon, Scheffervile et l'Île d'Anticosti, offre 1300 km de côte et des paysages à couper le souffle. La forêt boréale, les cours d'eau puissants et les ressources naturelles abondantes en font une région appréciée autant par les habitants, les touristes et les industries. En Côte-Nord, le Saint-Laurent devient un estuaire maritime, puis un golf et finalement une véritable mer.

En quittant le Saguenay, nous entreprenons la Route des Baleines qui emprunte la route 138 de Tadoussac jusqu'à Kegaska. Cette belle affiche parsème la route tout au long.

Nous aimons beaucoup le caractère sauvage de la Côte-Nord, l'accueil des gens et la sensation de liberté qu'on y trouve.




 


Photo : Clo, 3 juillet 2019
Les Bergeronnes, Paradis Marin - C'est devenu un incontournable. Chaque fois que nous passons par Les Bergeronnes, nous nous arrêtons au Paradis Marin et y campons quelques jours. On s'y sent bien et c'est le sentiment de tous ceux qui y font un séjour. Essentiellement un lieu de calme et de relaxation, on peut flâner sur les rochers au bord de la mer pour guetter le passage d'une baleine ou tout simplement pour lire. 

À cet endroit, une fosse tout le long du littoral permet aux baleines de nager près du bord, au grand plaisir des guetteurs.

 


Montage-photos : Myr et Clo, 3 juillet 2019
Les Bergeronnes, Paradis Marin - Notre site à 4 ou 5 minutes de marche de la mer.

 


Photo : Myr, 3 juillet 2019
Les Bergeronnes, Paradis Marin - L'environnement à la fois relaxant et vivifiant du bord de mer.

 


Photo : Myr, 3 juillet 2019
Les Bergeronnes, Paradis Marin - Des campeurs et plongeurs rencontrés nous ont initiés à la préparation et la dégustation des oursins verts. Seule la partie jaune oranger ressemblant au caviar se mange. Goût délicat et délicieux.

 


Montage-photos : Myr et Clo, 3 juillet 2019
Les Bergeronnes, Paradis Marin - Un paradis pour les amateurs de kayak de mer qui peuvent apercevoir les baleines de près, les chanceux.

 


Photo : Clo, 4 juillet 2019
Les Bergeronnes, Paradis Marin - Au guet des baleines.

 


Photo : Clo, 4 juillet 2019
Les Bergeronnes - Vis-à-vis le village, la pente de la rive est faible et longue ce qui occasionne des marées basses très évidentes. Au loin, c'est l'embouchure du Saguenay.

 


Photo : Myr, 4 juillet 2019
Les Bergeronnes - En sortant du Paradis Marin, on a deux possibilités, Boston à 822 km à gauche ou Kégaska à 822 km à droite, on choisit Kégaska !

 


Montage-photos : Myr et Clo, 5 juillet 2019
Longue-Rive - On entreprend la Route des Baleines, la route 138 de Tadoussac à Kégaska, qui s'étire sur 844 km. On y croise plusieurs villages généralement à l'embouchure de rivières. Ici, nous marchons sur un magnifique sentier au pied de la chute de la rivière du Sault-au-Mouton. On adore les passerelles suspendues, surtout Myriam.

 


Photo : Myr, 6 juillet 2019
Godbout - Petit village, une baie, des plages, un quai, un musée amérindien et inuit. Au bout du village, où la rue s'arrête, on rencontre une homme qui médite sous un kiosque. Il nous apprend qu'il est un grand ami de Gilles Vigneault qui le visite régulièrement. Gilles Vigneault a même composé deux chansons exclusives pour sa femme et lui. Chanceux!

 


Photo : Myr, 6 juillet 2019
Rivière-Pentecôte - Magnifique panorama de l'embouchure de la rivière Pentecôte, jetée de sable sur la droite, église Saint-Patrice sur la gauche et quai au centre faisant partie d'un parc historique.
 


 

SEPT-ÎLES

C'est en août 1535 que Jacques Cartier navigue dans la baie parsemée d'îles et nomme le lieu "Sept-Îles". Située aux abords de la grande baie circulaire (la Baie des Sept Îles), Sept-Îles est l'une des plus grandes villes en superficie au Québec. Son environnement est assez exceptionnel, la mer y est présente sous tous les angles et les montagne et les lacs sont tout près. Au-delà de 25000 personnes y habitent. Avec ses grandes industries, ses activités touristiques, son passé historique et la présence active de la communauté innue, la ville est dynamique et chaleureuse.

 


Photo : Clo, 7 juillet 2019
Sept-Îles - À notre arrivée dans la métropole de la Côte-Nord, nous allons dîner au Casse-croûte du Pêcheur près du port. Au menu, nous optons pour une guédille au crabe et un club au crabe. On déguste ces plats rapides aux fruits de mer dans la salle à manger, une cage à homards géante.
 


Photo : Clo, 8 juillet 2019
Sept-Îles - La reine de Bon Temps Roulé au camping municipal de Sept-îles, face à la baie.
 


Montage-photos : Myr et Clo, 9 juillet 2019
Sept-Îles - Sur la promenade du Vieux-Quai, la tente jaune de Sept-Îles est visible de loin et est devenue l'un des symboles de la ville. Tout au long de l'été, des spectacles musicaux y sont présentés gratuitement.
 


Photo : Myr, 9 juillet 2019
Sept-Îles - Depuis août 2015, le Port de Sept-Îles abrite et met en valeur le Hermel, embarcation mythique de Mylène Paquette ayant traversé l'océan Atlantique à la rame en 2013.
 


Photo : Clo, 9 juillet 2019
Sept-Îles - Le Hermel scruté par une fan.
 


Photo : Myr, 10 juillet 2019
Sept-Îles - Randonnée en vélo dans les sentiers de la nature du secteur Ferland.
 


Diaporama : Myr et Clo, 10 juillet 2019
Sept-Îles - Voici un petit diaporama d'un jardin zoologique métallique rencontré dans les sentiers de la nature. Des êtres étranges ont été créés à partir de rebuts de métal recyclés et ont été dispersés dans une forêt mystérieuse par le sculpteur Jean-Pier Synnott qui habite le secteur. À remarquer la taille des moustiques à Sept-Îles !
 


 

CHEZ LES INNUS PRÈS DE SEPT-ÎLES

Les Innus de la région de Sept-Îles sont regroupés dans deux communautés d'à peu près d'égale importance.

D'abord, le territoire de Uashat (signifiant "à la baie"), situé à la limite ouest de la ville de Sept-Îles, comprend plus de 3000 habitants. Le territoire est pratiquement fusionné à la ville de Sept-Îles, seules quelques affiches de bienvenue sur certaines rues, annonçant notre entrée chez les Innus.

Ensuite, Mani-utenam, qui signifie "village de Marie", est situé à 16 km à l'est de Sept-Îles. Cette communauté regroupe principalement les familles associées à la rivière Moisie ou "Mishta-Shipu" et est formée de plus de 3000 habitants également.

 


Photo : Myr, 10 juillet 2019
Uashat - Affiche de bienvenue à l'angle du boulevard Laure et de la rue des Montagnais à Sept-Îles. La Baie des Sept Îles à l'arrière-plan.
 


Photo : Myr, 7 juillet 2019
Uashat - Au musée Shaputuan, visages innus de toutes les générations.
 


Photo : Myr, 7 juillet 2019
Uashat - Le Vieux-Poste est un site d'interprétation historique présentant la vie au quotidien dans un poste de traite des fourrures au 19e siècle. Les bâtiments ont été reconstruits selon les plans et croquis d'origine. Des animateurs costumés nous accueillent et simulent la vie dans ce poste à l'époque .
 


Photo : Clo, 8 juillet 2019
Mani-utenam - On peut traduire le mot innu "kuei" par "bonjour" en québécois. C'est ainsi que la communauté innu de Mani-utenam accueille les visiteurs. L'auteur-compositeur-interprète bien connu Florent Vollant est originaire de Mani-utenam.
 


Photo : Clo, 8 juillet 2019
Mani-utenam - Église catholique au centre du village consacrée à la Vierge Marie.
 


Photo : Clo, 8 juillet 2019
Mani-utenam - Un croisement au coeur du village, devant l'église. Le poste de radio communautaire innu CKAU, 104,5, occupe la bâtiment gris à gauche.
 


Photo : Clo, 8 juillet 2019
Mani-utenam - Belle affiche dont nous ignorons la signification...
 


 


Retour au menu : Périple 2019 Grande virée au Québec  |   Retour Accueil